Veiller à son employabilité : un impératif !

 Veiller à son employabilité : un impératif !

 

Nouvelles règlementations, évolutions technologiques, digitalisation, fusions, délocalisations rendent le monde du travail incertain et mouvant.

La crise sanitaire et la crise économique qui se prépare ne font qu’amplifier ce phénomène.

Nous savons que certains métiers sont amenés à évoluer, à s’exercer différemment ou ailleurs, à mobiliser de nouvelles compétences, voire à disparaître complètement.

Dans un monde qui bouge très vite et très souvent, les transitions de carrière sont devenues inévitables et le maintien de l’employabilité apparaît comme une priorité à la fois pour le collaborateur et l’organisation qui l’emploie.

 

L’entreprise qui anticipe ces mutations inévitables et qui accompagne ses collaborateurs dans leur chemin professionnel démontre sa responsabilité sociale. 

Le collaborateur qui prend conscience de la nécessité de « rester dans la course » s’offre de réelles chances de se maintenir et de continuer à progresser sur le marché de l’emploi. 

 

Quelques pistes pour préserver votre employabilité :

 

-       restez en veille par rapport à votre secteur d’activité ou ceux qui vous intéressent : quelles sont les enjeux et défis majeurs ?

 

-       élargissez votre zone de confort : fixez vous quelques objectifs ambitieux, prenez des risques, le succès appelle le succès et stimule 

 

-       continuez à apprendre, à vous former, à vous informer. Identifiez les sites et informations utiles pour vous. 

 

-       examinez quelles compétences sont requises aujourd’hui par les entreprises. 

Certaines compétences techniques sont toujours recherchées, notamment dans les postes d’expertise et doivent être mises à jour ou entretenues.

En même temps des compétences telles que les capacités d’innovation, d’adaptation au changement, l’inter culturalité, le travail dans des équipes multi générationnelles et/ou transversales,

 

Où en êtes vous ?

 

 

Travaillez toutes les autres formes d’intelligence : a coté de la sacro sainte intelligence logico mathématique prônée au sein des entreprises et dans le système éducatif, d’autres types d’intelligences peuvent soutenir votre évolution personnelle et professionnelle : verbale, intra personnelle, interpersonnelle, spatiale, etc…

 

-       Ouvrez vous au digital, même si les nouvelles technologies ne vous branchent pas plus que cela, la plupart des métiers vont s’exercer tout ou partie en version « digital ». Votre vie privée ne sera pas épargnée non plus par la déferlante digitale.

 

Effectuez un bilan et optez pour un accompagnement avec un professionnel. Vous êtes la première personne responsable de votre évolution professionnelle.

 

Les bénéfices :

 

développer sa connaissance de soi, détecter ses points d’amélioration et envisager un plan de développement.

 

prendre du recul, de faire le point, à la fois sur ses attentes et sur les attentes de l’entreprise,

 

Il est souvent perçu comme une formidable opportunité de prendre de l’envergure, de se développer en toute conscience.

 

 

Et vous, que ferez vous dans 1 an, 5 ans, 10 ans ?

 

 

 

GRATITUDE

 

L’année qui se termine a été profondément marquée par une pandémie d’ampleur mondiale qui nous a frappés par sa brutalité et par son impact. Cette crise a exacerbé les inégalités déjà présentes et en même temps elle a mis en lumière des professions dites « invisibles », remis à l’honneur les professions de la santé  et accéléré les actions solidaires.

 

Cet ennemi invisible nous a obligé à explorer des sentiers que nous n’avions pas envisagés jusqu’alors, à nous interroger et nous recentrer sur ce qui nous est essentiel.

Durant cette période nous avons mesuré notre vulnérabilité, appris à faire preuve d’adaptabilité et de résilience, tant au niveau professionnel que privé. 

Parmi ce qui nous a manqué le plus, figurent certainement les contacts sociaux qu’ils soient familiaux ou professionnels, pourtant si précieux en ces moments troublés. 

Chacun a pu rêver de changement sociétal, environnemental, économique, voire même imaginer un « monde d’après ».

Cette « guerre », comme l’ont appelée nos politiques a été une invitation au ralentissement, à la prise de recul et à la réflexion.

  

Alors que la situation reste chaotique dans un contexte incertain, parfois perçu comme anxiogène, la période des fêtes est souvent l’occasion de souffler un peu, de se « pauser », de faire un bilan, de revenir sur ses réalisations, et de se projeter dans la nouvelle année. 

 

Pas facile ?

 

·      Avez vous tendance à voir le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein ?

·      Avez vous l’habitude de focaliser sur les objectifs non réalisés, à vouloir être encore plus performant, vers un idéal inatteignable ?

·      La mesure de l’écart entre ce que vous percevez de vous aujourd’hui et de cet idéal lointain alimente votre critique interne et accroit votre frustration?

·      Prenez vous pour acquis ces petits bonheurs quotidiens auxquels on ne prête plus attention : se lever le matin, respirer librement, ouvrir ses yeux au monde et « être »….

 

Et pourtant ….

 

Reconnaître les acquis, le chemin parcouru, les efforts consentis, les expériences réalisées, se sentir fier de ce qu’on a fait ou de la personne que nous sommes devenue est un bon début et est essentiel pour capitaliser de la confiance et de l’estime de soi.

Tout simplement, nous sentir reconnaissant pour ce que l’on a, ce que l’on est, c’est nous apporter de l’amour, et poser un acte de bienveillance envers nous-mêmes – et/ou les autres – montrant que nous nous apprécions ou apprécions les autres, coute que coute.

 

Voici quelques questions qui pourraient guider votre réflexion

 

·      Qu’avez vous expérimenté en 2020 ?

·      De quoi êtes-vous reconnaissant ?

·      Qu’avez-vous atteint dont vous êtes fier ?

·      Quels sont les aspects de votre vie qui vous rendent heureux ?

·      Quelles sont ces petites choses qui vous ont apporté du bonheur au cours de cette année qui s’en va ?

·      A QUOI, A QUI avez vous envie de dire MERCI en conscience?

·      En quoi cela va t il changer votre vie future?

 

Exprimez votre gratitude

 

De nombreuses études scientifiques font état chez les personnes faisant un exercice de gratitude chaque jour, d’une nette amélioration de la santé, de la qualité du sommeil, du bien-être, de l’humeur, d’une diminution de la fatigue, mais aussi de marqueurs biologiques d’inflammation. 

 

Exprimer de la gratitude en conscience permet de porter un regard plus positif sur la vie, et ce même en périodes agitées, diminuant le stress, évitant certaines maladies ou permettant une guérison plus rapide.

 

Exprimer de la gratitude améliore aussi les relations interpersonnelles et l’estime de soi.

 

Concrètement

 

Et pourquoi ne pas commencer par acheter un cahier de gratitude et chaque jour y inscrire 3 mercis pour quelque chose que vous avez reçu, quelque chose dont vous êtes fiers, quelque chose que quelqu’un a fait pour vous, …. 

 

Une alternative : la boite à Gratitude dans laquelle vous déposerez un billet « merci » à chaque fois que vous vous sentirez reconnaissant. Prenez le temps de relire les billets régulièrement.

 

En famille ou en équipe, la boite à gratitude peut être nominative et chacun peut déposer un merci dans la boite de l’autre à chaque fois qu’il souhaite montrer sa reconnaissance.

 

Et maintenant, à partir de ce que vous avez découvert, quelles sont vos bonnes résolutions pour la nouvelle année ?

 

Suis je un bon manager virtuel ?

 

La crise du Covid-19 a rendu possible en un temps record ce que les organisations avaient parfois tenté de mettre en place sans succès depuis des années : le travail à distance, l’accélération de la digitalisation, le travail collaboratif faisant tomber les silos, etc…

Cette crise nous oblige également à repenser nos pratiques managériales.

A l’heure où les retours au bureau s’organisent, mon intention ici est d’inviter les dirigeant, les managers à s’arrêter et à interroger « ce qui a bien marché »,  ce qu’il convient de poursuivre, d’identifier ce qui ne fonctionne plus et qu’il faut faire différemment désormais, à un moment où les équipes se tournent vers eux plus que jamais pour obtenir une orientation et recréer du sens.

 

Tout d'abord, il est important d'être conscient des facteurs qui font du travail virtuel un défi :

-       Pour certains, s'ouvrir, se connecter, faire confiance et communiquer virtuellement est plus difficile,

-       Vous pouvez avoir du mal à faire preuve du même niveau d'authenticité et à donner à votre équipe le même sentiment de sécurité que si vous l’aviez fait en présentiel.

-       Les dynamiques interpersonnelles sont plus difficiles à gérer. Le coté informel a disparu. Le ton, le rythme et les expressions faciales et/ou corporelles qui sous tendent communication efficace en personne sont plus difficiles à décrypter, surtout dans un contexte de groupe.

-       Engager les collaborateurs dans une réunion en face à face est parfois difficile et les réunions virtuelles s'accompagnent souvent d'une pléthore de nouvelles distractions sur lesquelles vous n'avez guère de contrôle.

 

En conséquence, de nouvelles compétences sont nécessaires.

Il  s'agit bien entendu de s’approprier et de gérer des technologies, de maintenir de solides compétences en matière d'animation d’équipe, de gestion du temps, etc…

 

Je vous propose ci-après cinq questions pour interroger vos qualités de « manager virtuel » 

 

Question 1 : les interactions avec mes équipes sont elles efficaces ?

Avant chaque échange, prenez le temps de réfléchir à votre objectif, à votre public et au contexte de l'échange. Ensuite, notez vos objectifs, votre programme et le temps que vous souhaitez consacrer à chaque point.

Posez plus de questions pendant vos interactions, assurez vous régulièrement auprès des membres de l'équipe que vous êtes bien alignés.

 

Question 2 : la communication avec mon équipe directe est elle cohérente avec celle de l'organisation dans son ensemble ?

Il est éventuellement temps de réorganiser vos protocoles de communication avec vos subordonnés directs, vos pairs, vos supérieurs, la Direction et tout autre public avec lequel vous travaillez régulièrement. 

Comment allez vous organiser vos entrevues hebdomadaires avec les membres de l'équipe : par téléphone ou par appel vidéo ? Peut-être allez vous adapter votre approche en fonction des préférences de chaque contrepartie. 

Peut être allez vous remettre en question tout ce que vous considériez auparavant comme les "meilleures pratiques" :

Qui dois je inviter aux réunions, pour quelle durée ?

L’appel vidéo est il systématique, sinon par quoi puis je le remplacer ? Un rapport écrit, un appel téléphonique ?

Chaque communication doit-elle être suivie d'un procès verbal par e-mail pour que tout le monde soit sur la même longueur d'onde ?

 

Question 3 : comment puis je accompagner, adapter mon management pour aider chaque collaborateur à réussir ?

Certaines personnes sont plus à l’aise que d’autres avec le travail à distance, tandis que d'autres peuvent ressentir un manque de motivation ou rencontrer d'autres défis, faire face à des imprévus. 

La distance vous prive d’éléments pour percevoir ces difficultés.

Néanmoins, en tant que responsable, il vous appartient de vérifier régulièrement avec les membres de l'équipe comment ils vivent la situation, à quels défis ils sont confrontés, de quoi ils ont besoin et comment vous pouvez les soutenir.

 

Par ces discussions individuelles, vous constaterez peut-être qu'il vous faut réaménager les responsabilités ou investir dans des séances de formation ou d’accompagnement pour ceux qui se sentent moins à l'aise. 

L’incertitude, le changement peuvent engendrer de l’anxiété.

En présentant toutes vos suggestions comme des opportunités de croissance, écoutant les freins, entendant les difficultés, vous aiderez vos collaborateurs à se déployer, à s’autonomiser, à se développer 

N’hésitez pas à leur demander leur avis et leurs réflexions sur la manière dont le travail de l'équipe peut être amélioré. 

Respect, l'authenticité et la bienveillance sont les fondements d'un leadership fort dans cette période particuière.

 

Question 4 : comment continuer à penser « stratégie » ?

Pendant la crise, les équipes se sont organisées très rapidement et les énergies se sont déployées vers l’urgent.

Revisitez néanmoins les questions fondamentales concernant l’entreprise, sa proposition de valeur, son business modèle sont ils toujours pertinents ?

Notre équipe est-elle engagée, productive et inspirée pour être à son meilleur ?

Sommes nous alignés avec la culture d’entreprise ?

Sommes nous connectés à sa mission ?

Notre travail fait il du sens, individuellement ? Collectivement ?

 

Question 5 : quelles sont les ressources que nous avons déployées collectivement ?

Il y aura sans nulle doute de nouvelles crises (financières, éonomiques, sanitaires…)

Si nos équipes sont convaincues de pouvoir délivrer ces quelques petites choses en plus, qui feront la différence

Si nos équipes qui travaillent dans ce mindset gagnent en confiance, elles prennent davantage de responsabilités, elles deviennent force de proposition.

Ce qui leur permettra d’affronter tout type de défi dans le futur.

 

Beaucoup d’équipes auront découvert ou réappris  les bases du « bien travailler ensemble » et développé les anticorps pour faire face à l’adversité lorsqu’elle se représentera à nouveau.

 

Cultivez, entretenez, nourrissez, amplifiez ces ressources déployées ou redécouvertes durant cette crise. 

Managers : comment accompagner le retour au bureau ?

Le déconfinement progressif est maintenant en cours depuis quelques semaines dans la plupart des secteurs et l’activité reprend petit à petit.

Le début de la crise sanitaire a été marqué par la mise en place en un temps record des plates formes nécessaires au travail à distance, avec des degrés d’adaptation individuels variables.

Après quelques ajustements le « working from home » était devenu la norme pour beaucoup.

 

Les équipes, non préparées à cette séparation physique brutale ont du faire face. Dans la majorité des cas, elles ont gagné en autonomie et ont continué à se mobiliser.

Les managers de proximité ont été sollicités pour maintenir le lien à distance, continuer à motiver, engager les collaborateurs sans tomber dans le piège du micro management.

 

Le retour progressif dans les lieux de travail pose de nouveaux défis et il s’agit de résoudre la délicate équation « prendre soin de la santé des collaborateurs tout en relançant l’activité après plusieurs semaines de paralysie». 

Certaines entreprises jouent leur survie dans un environnement économique qui s’annonce perturbé et sombre.

 

Or, aujourd’hui les études et analyse démontrent les impacts de cette période sur la santé des collaborateurs :

·       Sentiment d’isolement pour certains, cumul des casquettes familiales et professionnelles dans un lieu restreint pour d’autres,

·       Difficultés à trouver un équilibre personnel/professionnel satisfaisant et à faire face à l’intrusion du télétravail au domicile,

·       Fatigue physique et émotionnelle dues à l’incertitude générée par la situation,

·       Moral en berne face à un avenir inconnu.

 

Mal préparés pour la plupart, les managers interrogés rapportent les difficultés à gérer leurs équipes à distance :

-        maintien de la motivation et de l’engagement pendant et au delà de la période de confinement,

-        questionnements des collaborateurs sans pouvoir y répondre de façon claire,

-        difficulté à faire confiance, etc…

 

Nous pensons que le retour au travail doit a minima se faire  dans le respect des gestes barrière et des règles d’hygiène adaptées au contexte afin de respecter la sécurité et la santé des collaborateurs.

Cet arsenal doit être complété par des mesures d’accompagnement spécifiques et ciblées avant de pouvoir à nouveau pouvoir compter sur leur plein potentiel.

 

-        Comment ont ils vécu cette période particulière ?

-        Comment se sont ils adaptés à la situation ?

-        Comment s’est passé le télétravail ?

-        Quels ont été leurs difficultés et leurs bons moments également ?

 

Pour les managers :

-        Comment ont ils appréhendé cette expérience ?

-        Ont ils des nouvelles de tous les membres de leur(s) équipes, et plus particulièrement celles et ceux qui étaient en chômage technique ?

-        Au bout de 5 à 6 semaines de confinement, quel est le niveau d’engagement de leurs collaborateurs ? 

-        Quels ont été les challenges, quelles sont les best practices ?

-        Comment perçoivent ils le retour ?

-        Quels enseignements tirer de cette période ?

-        Quelles seront les nouvelles pratiques et comment s’adapter ?

 

 Toutes et tous seront sensibles à la façon dont s’organisera ce retour :

 

-       Communication des dispositions pratiques de retour de crise 

-       Possible reconduction du télétravail 

-       Flexibilité au niveau des horaires

-       Réorientation de stratégie si besoin avec quelles conséquences

-       Organisation future (règles, instructions, priorités, objectifs, etc.)

-       Impacts sur l’emploi

-       Support envisagé (formations, cellule d’écoute, groupes de parole, accompagnement collectif ou individuel)

-       Au niveau du management les capacités de communication, d’écoute et d’empathie seront au cœur du rétablissement des relations interpersonnelles qui nous ont si cruellement manqué au cours de la crise.

 

Quels sont vos besoins spécifiques au sortir du confinement ?

Comment compter vous faire face aux défis qui s’annoncent ?

Comment votre organisation vous soutient elle ?

 

Nous épaulons vos managers dans ces étapes délicates de reprise progressive au travers de différentes formules.

Découvrir

 

Plus d'information : contact@humanrevealator.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 commentaires

Managers : comment accompagner le déconfinement ?

Au cœur de la crise sanitaire inédite que nous vivons, les équipes doivent se réorganiser et réinventer leur façon de collaborer. Les managers de proximité, personnes clé, sont en première ligne pour accompagner la transition et le retour au travail.

Aujourd’hui, plus que jamais, ils sont les interlocuteurs privilégiés des équipes qu’ils doivent continuer à motiver, engager, guider et rassurer…..à distance.

 

Nous épaulons vos managers dans ces étapes délicates de reprise progressive au travers de différentes formules.

 

Plus d'information : contact@humanrevealator.com

 

Au cours des prochaines semaines, le retour sur les lieux de travail va s’organiser avec des variables : présence physique, télétravail, relais entre équipes, horaires décalés ou un mix. 

Après quelques semaines, les repères et obligations vont une nouvelle fois être bouleversés.

Un nouvel équilibre vie privé/professionnelle va devoir être trouvé, de nouveaux modes de fonctionnement doivent à nouveau être mis en place pour permettre aux équipes de bien travailler ensemble.

Après des semaines particulières, soit vécues dans l’isolement, soit en ayant été dans l'obligation de jongler avec plusieurs casquettes au cours de la journée, les collaborateurs sont souvent désorientés, inquiets, voire angoissés.

La charge mentale créée par le confinement est élevée et tous les collaborateurs ne sont pas égaux dans leur capacité à y faire face.

 

Dans ce nouveau contexte, le manager a un rôle fondamental à jouer : sa capacité à anticiper, à organiser, mais également à accompagner, écouter en intégrant à la fois les besoins, les contraintes individuels et collectifs vont impacter la reprise post confinement.

 

Voici quelques pistes pour bien accompagner cette transition :

 

-       Recenser les situations individuelles des membres de l’équipe :

o   Possibilité de poursuivre le télétravail ? 

o   Chômage total ou partiel ? 

o   Utilisation de transports en commun ? 

o   Personnes à risque ou touchées pas le covid  dans l’entourage

 

-    Accompagner avec bienveillance en écoutant les besoins/ les craintes potentiels exprimés en faisant preuve d’empathie :

o   Je suis soulagé(e) de pouvoir revenir au travail, mais en même temps je suis angoissé (e)

o   Suis je correctement protégé sur mon lieu de travail ?

o   Les règles sanitaires sont elles respectées ?

o Comment vais je pouvoir m’organiser compte tenu de ma situation personnelle ? 

o   J’ai peur de contaminer mes proches

o   Quels sont les impacts possibles de cette situation sur mon entreprise, sur mon job ? 

 

-       Adapter son management à cette situation nouvelle 

o   Comment organiser concrètement ce retour ?

o   Quels messages adresser et à qui ?

o   Comment recréer le lien tout en faisant respecter le nouveau cadre ?

o  Comment écouter au delà des mots et repérer les situations/collaborateurs  à risque ?

o   Comment gérer les émotions et le stress (de ses collaborateurs et le sien) ? 

o   Réguler la charge de travail

o   Valoriser, reconnaître

o   Retrouver les contacts informels

o   Redonner du sens et de la cohésion

 

 

Ces pistes sont une base de réflexion à compléter par votre propre vécu, vos expériences personnelles.

Qu’avez vous appris au cours de la période précédente ?

Qu’est ce qui a bien fonctionné et que vous souhaiteriez conserver ?

Comment gérez vous le confinement ?

Comment vivez vous ce retour progressif ?

Quelles questions aimeriez vous partager ?

 

Comment continuer à être le phare de l’équipe en ces périodes d’incertitude ?

 

Pour vous permettre d’exprimer votre ressenti, vos appréhensions et également partager vos réussites, nous vous proposons des parcours de préparation au déconfinement à distance sous forme d'atelier interactif et/ou suivi individuel.

 

Plus d'information : contact@humanrevealator.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Veiller à son employabilité : un impératif !

 Veiller à son employabilité : un impératif !

 

Nouvelles règlementations, évolutions technologiques, digitalisation, fusions, délocalisations rendent le monde du travail incertain et mouvant.

La crise sanitaire et la crise économique qui se prépare ne font qu’amplifier ce phénomène.

Nous savons que certains métiers sont amenés à évoluer, à s’exercer différemment ou ailleurs, à mobiliser de nouvelles compétences, voire à disparaître complètement.

Dans un monde qui bouge très vite et très souvent, les transitions de carrière sont devenues inévitables et le maintien de l’employabilité apparaît comme une priorité à la fois pour le collaborateur et l’organisation qui l’emploie.

 

L’entreprise qui anticipe ces mutations inévitables et qui accompagne ses collaborateurs dans leur chemin professionnel démontre sa responsabilité sociale. 

Le collaborateur qui prend conscience de la nécessité de « rester dans la course » s’offre de réelles chances de se maintenir et de continuer à progresser sur le marché de l’emploi. 

 

Quelques pistes pour préserver votre employabilité :

 

-       restez en veille par rapport à votre secteur d’activité ou ceux qui vous intéressent : quelles sont les enjeux et défis majeurs ?

 

-       élargissez votre zone de confort : fixez vous quelques objectifs ambitieux, prenez des risques, le succès appelle le succès et stimule 

 

-       continuez à apprendre, à vous former, à vous informer. Identifiez les sites et informations utiles pour vous. 

 

-       examinez quelles compétences sont requises aujourd’hui par les entreprises. 

Certaines compétences techniques sont toujours recherchées, notamment dans les postes d’expertise et doivent être mises à jour ou entretenues.

En même temps des compétences telles que les capacités d’innovation, d’adaptation au changement, l’inter culturalité, le travail dans des équipes multi générationnelles et/ou transversales,

 

Où en êtes vous ?

 

 

Travaillez toutes les autres formes d’intelligence : a coté de la sacro sainte intelligence logico mathématique prônée au sein des entreprises et dans le système éducatif, d’autres types d’intelligences peuvent soutenir votre évolution personnelle et professionnelle : verbale, intra personnelle, interpersonnelle, spatiale, etc…

 

-       Ouvrez vous au digital, même si les nouvelles technologies ne vous branchent pas plus que cela, la plupart des métiers vont s’exercer tout ou partie en version « digital ». Votre vie privée ne sera pas épargnée non plus par la déferlante digitale.

 

Effectuez un bilan et optez pour un accompagnement avec un professionnel. Vous êtes la première personne responsable de votre évolution professionnelle.

 

Les bénéfices :

 

développer sa connaissance de soi, détecter ses points d’amélioration et envisager un plan de développement.

 

prendre du recul, de faire le point, à la fois sur ses attentes et sur les attentes de l’entreprise,

 

Il est souvent perçu comme une formidable opportunité de prendre de l’envergure, de se développer en toute conscience.

 

 

Et vous, que ferez vous dans 1 an, 5 ans, 10 ans ?

 

 

 

GRATITUDE

 

L’année qui se termine a été profondément marquée par une pandémie d’ampleur mondiale qui nous a frappés par sa brutalité et par son impact. Cette crise a exacerbé les inégalités déjà présentes et en même temps elle a mis en lumière des professions dites « invisibles », remis à l’honneur les professions de la santé  et accéléré les actions solidaires.

 

Cet ennemi invisible nous a obligé à explorer des sentiers que nous n’avions pas envisagés jusqu’alors, à nous interroger et nous recentrer sur ce qui nous est essentiel.

Durant cette période nous avons mesuré notre vulnérabilité, appris à faire preuve d’adaptabilité et de résilience, tant au niveau professionnel que privé. 

Parmi ce qui nous a manqué le plus, figurent certainement les contacts sociaux qu’ils soient familiaux ou professionnels, pourtant si précieux en ces moments troublés. 

Chacun a pu rêver de changement sociétal, environnemental, économique, voire même imaginer un « monde d’après ».

Cette « guerre », comme l’ont appelée nos politiques a été une invitation au ralentissement, à la prise de recul et à la réflexion.

  

Alors que la situation reste chaotique dans un contexte incertain, parfois perçu comme anxiogène, la période des fêtes est souvent l’occasion de souffler un peu, de se « pauser », de faire un bilan, de revenir sur ses réalisations, et de se projeter dans la nouvelle année. 

 

Pas facile ?

 

·      Avez vous tendance à voir le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein ?

·      Avez vous l’habitude de focaliser sur les objectifs non réalisés, à vouloir être encore plus performant, vers un idéal inatteignable ?

·      La mesure de l’écart entre ce que vous percevez de vous aujourd’hui et de cet idéal lointain alimente votre critique interne et accroit votre frustration?

·      Prenez vous pour acquis ces petits bonheurs quotidiens auxquels on ne prête plus attention : se lever le matin, respirer librement, ouvrir ses yeux au monde et « être »….

 

Et pourtant ….

 

Reconnaître les acquis, le chemin parcouru, les efforts consentis, les expériences réalisées, se sentir fier de ce qu’on a fait ou de la personne que nous sommes devenue est un bon début et est essentiel pour capitaliser de la confiance et de l’estime de soi.

Tout simplement, nous sentir reconnaissant pour ce que l’on a, ce que l’on est, c’est nous apporter de l’amour, et poser un acte de bienveillance envers nous-mêmes – et/ou les autres – montrant que nous nous apprécions ou apprécions les autres, coute que coute.

 

Voici quelques questions qui pourraient guider votre réflexion

 

·      Qu’avez vous expérimenté en 2020 ?

·      De quoi êtes-vous reconnaissant ?

·      Qu’avez-vous atteint dont vous êtes fier ?

·      Quels sont les aspects de votre vie qui vous rendent heureux ?

·      Quelles sont ces petites choses qui vous ont apporté du bonheur au cours de cette année qui s’en va ?

·      A QUOI, A QUI avez vous envie de dire MERCI en conscience?

·      En quoi cela va t il changer votre vie future?

 

Exprimez votre gratitude

 

De nombreuses études scientifiques font état chez les personnes faisant un exercice de gratitude chaque jour, d’une nette amélioration de la santé, de la qualité du sommeil, du bien-être, de l’humeur, d’une diminution de la fatigue, mais aussi de marqueurs biologiques d’inflammation. 

 

Exprimer de la gratitude en conscience permet de porter un regard plus positif sur la vie, et ce même en périodes agitées, diminuant le stress, évitant certaines maladies ou permettant une guérison plus rapide.

 

Exprimer de la gratitude améliore aussi les relations interpersonnelles et l’estime de soi.

 

Concrètement

 

Et pourquoi ne pas commencer par acheter un cahier de gratitude et chaque jour y inscrire 3 mercis pour quelque chose que vous avez reçu, quelque chose dont vous êtes fiers, quelque chose que quelqu’un a fait pour vous, …. 

 

Une alternative : la boite à Gratitude dans laquelle vous déposerez un billet « merci » à chaque fois que vous vous sentirez reconnaissant. Prenez le temps de relire les billets régulièrement.

 

En famille ou en équipe, la boite à gratitude peut être nominative et chacun peut déposer un merci dans la boite de l’autre à chaque fois qu’il souhaite montrer sa reconnaissance.

 

Et maintenant, à partir de ce que vous avez découvert, quelles sont vos bonnes résolutions pour la nouvelle année ?

 

Suis je un bon manager virtuel ?

 

La crise du Covid-19 a rendu possible en un temps record ce que les organisations avaient parfois tenté de mettre en place sans succès depuis des années : le travail à distance, l’accélération de la digitalisation, le travail collaboratif faisant tomber les silos, etc…

Cette crise nous oblige également à repenser nos pratiques managériales.

A l’heure où les retours au bureau s’organisent, mon intention ici est d’inviter les dirigeant, les managers à s’arrêter et à interroger « ce qui a bien marché »,  ce qu’il convient de poursuivre, d’identifier ce qui ne fonctionne plus et qu’il faut faire différemment désormais, à un moment où les équipes se tournent vers eux plus que jamais pour obtenir une orientation et recréer du sens.

 

Tout d'abord, il est important d'être conscient des facteurs qui font du travail virtuel un défi :

-       Pour certains, s'ouvrir, se connecter, faire confiance et communiquer virtuellement est plus difficile,

-       Vous pouvez avoir du mal à faire preuve du même niveau d'authenticité et à donner à votre équipe le même sentiment de sécurité que si vous l’aviez fait en présentiel.

-       Les dynamiques interpersonnelles sont plus difficiles à gérer. Le coté informel a disparu. Le ton, le rythme et les expressions faciales et/ou corporelles qui sous tendent communication efficace en personne sont plus difficiles à décrypter, surtout dans un contexte de groupe.

-       Engager les collaborateurs dans une réunion en face à face est parfois difficile et les réunions virtuelles s'accompagnent souvent d'une pléthore de nouvelles distractions sur lesquelles vous n'avez guère de contrôle.

 

En conséquence, de nouvelles compétences sont nécessaires.

Il  s'agit bien entendu de s’approprier et de gérer des technologies, de maintenir de solides compétences en matière d'animation d’équipe, de gestion du temps, etc…

 

Je vous propose ci-après cinq questions pour interroger vos qualités de « manager virtuel » 

 

Question 1 : les interactions avec mes équipes sont elles efficaces ?

Avant chaque échange, prenez le temps de réfléchir à votre objectif, à votre public et au contexte de l'échange. Ensuite, notez vos objectifs, votre programme et le temps que vous souhaitez consacrer à chaque point.

Posez plus de questions pendant vos interactions, assurez vous régulièrement auprès des membres de l'équipe que vous êtes bien alignés.

 

Question 2 : la communication avec mon équipe directe est elle cohérente avec celle de l'organisation dans son ensemble ?

Il est éventuellement temps de réorganiser vos protocoles de communication avec vos subordonnés directs, vos pairs, vos supérieurs, la Direction et tout autre public avec lequel vous travaillez régulièrement. 

Comment allez vous organiser vos entrevues hebdomadaires avec les membres de l'équipe : par téléphone ou par appel vidéo ? Peut-être allez vous adapter votre approche en fonction des préférences de chaque contrepartie. 

Peut être allez vous remettre en question tout ce que vous considériez auparavant comme les "meilleures pratiques" :

Qui dois je inviter aux réunions, pour quelle durée ?

L’appel vidéo est il systématique, sinon par quoi puis je le remplacer ? Un rapport écrit, un appel téléphonique ?

Chaque communication doit-elle être suivie d'un procès verbal par e-mail pour que tout le monde soit sur la même longueur d'onde ?

 

Question 3 : comment puis je accompagner, adapter mon management pour aider chaque collaborateur à réussir ?

Certaines personnes sont plus à l’aise que d’autres avec le travail à distance, tandis que d'autres peuvent ressentir un manque de motivation ou rencontrer d'autres défis, faire face à des imprévus. 

La distance vous prive d’éléments pour percevoir ces difficultés.

Néanmoins, en tant que responsable, il vous appartient de vérifier régulièrement avec les membres de l'équipe comment ils vivent la situation, à quels défis ils sont confrontés, de quoi ils ont besoin et comment vous pouvez les soutenir.

 

Par ces discussions individuelles, vous constaterez peut-être qu'il vous faut réaménager les responsabilités ou investir dans des séances de formation ou d’accompagnement pour ceux qui se sentent moins à l'aise. 

L’incertitude, le changement peuvent engendrer de l’anxiété.

En présentant toutes vos suggestions comme des opportunités de croissance, écoutant les freins, entendant les difficultés, vous aiderez vos collaborateurs à se déployer, à s’autonomiser, à se développer 

N’hésitez pas à leur demander leur avis et leurs réflexions sur la manière dont le travail de l'équipe peut être amélioré. 

Respect, l'authenticité et la bienveillance sont les fondements d'un leadership fort dans cette période particuière.

 

Question 4 : comment continuer à penser « stratégie » ?

Pendant la crise, les équipes se sont organisées très rapidement et les énergies se sont déployées vers l’urgent.

Revisitez néanmoins les questions fondamentales concernant l’entreprise, sa proposition de valeur, son business modèle sont ils toujours pertinents ?

Notre équipe est-elle engagée, productive et inspirée pour être à son meilleur ?

Sommes nous alignés avec la culture d’entreprise ?

Sommes nous connectés à sa mission ?

Notre travail fait il du sens, individuellement ? Collectivement ?

 

Question 5 : quelles sont les ressources que nous avons déployées collectivement ?

Il y aura sans nulle doute de nouvelles crises (financières, éonomiques, sanitaires…)

Si nos équipes sont convaincues de pouvoir délivrer ces quelques petites choses en plus, qui feront la différence

Si nos équipes qui travaillent dans ce mindset gagnent en confiance, elles prennent davantage de responsabilités, elles deviennent force de proposition.

Ce qui leur permettra d’affronter tout type de défi dans le futur.

 

Beaucoup d’équipes auront découvert ou réappris  les bases du « bien travailler ensemble » et développé les anticorps pour faire face à l’adversité lorsqu’elle se représentera à nouveau.

 

Cultivez, entretenez, nourrissez, amplifiez ces ressources déployées ou redécouvertes durant cette crise.