Les garçons osent, les filles sont douces

 

« Les garçons osent, les filles sont douces »

 

Les bénéfices de la diversité, notamment par une présence féminine accrue aux postes clés de l’organisation ont été mis en évidence depuis longtemps.

Et pourtant, force est de constater que les femmes continuent à être sous représentées dans les lignes managériales, dans les postes  de Direction, sans parler des Conseils d’Administration.

Les barrières sociétales, éducationnelles et/ou inconscientes semblent également entraver le développement de l'entrepreneuriat au féminin.

Il semblerait que la crise sanitaire ait ancré cette situation.

 

Saviez vous que :

 

·      Seuls 36 % des postes de managers senior sont occupés par des femmes dans le monde (source : Word Economic Forum 2020)

 

·      Les entreprises qui ont des politiques de mixité ont 31 % de chances supplémentaires de voir leurs résultats commerciaux en hausse que celles qui n'en ont pas (source : Bureau international du travail 2019)

 

·      Les écarts moyens de salaires à chaque niveau de diplôme, bien qu'en baisse, restent importants (de -11 % à -16 %) », et ce, alors que les jeunes femmes sont désormais globalement plus diplômées que les hommes (source : Céreq 2019)

 

Les représentations, stéréotypes solidement ancrés dans l’inconscient collectif autour de la place de la Femme sont « challengés » chaque année autour du 8 mars, LA « journée de la femme ». 

 

On dit souvent que les femmes n'osent pas se hisser à des postes importants, qu’elles sont leur propre ennemi, minées d’avance par ce critique interne qui tue trop souvent dans l’œuf leurs initiatives créatrices.

 

Mais pourquoi n'osent-elles pas ?

 

Beaucoup de femmes sont persuadées que pour accéder a des postes clé, elles doivent endosser les qualités du leadership dit « masculin » : affirmation de soi, influence, autorité... ce qui les ferait obligatoirement renoncer à leurs valeurs et identité féminines, comme par exemple l’empathie, l’écoute et la bienveillance.

 

Il y a certes une réalité encore présente dans les entreprises selon laquelle les femmes à compétences égales vont devoir fournir beaucoup plus d’efforts. 

Et si les principaux freins à l’ascension des femmes étaient logés chez elles, par des phénomènes d’autocensure ?

Et si le fameux plafond de verre était dans leur tête ?

Et le syndrome de l’imposteur n’est jamais très loin…

 

Même si les tendances évoluent, nous continuons à éduquer nos enfants suivant certains critères prédéfinis : les garçons doivent démontrer leur force, les filles doivent être charmantes.

Ces conditionnements continuent au moment des choix d'orientation où les filles s'interdisent encore de choisir les voies scientifiques débouchant sur des métiers considérés comme masculins.

Les mentalités évoluent cependant, et les jeunes filles affichent fièrement leur présence dans les filières traditionnellement masculines et sont brillantes !

 

Quelques leviers pour booster les ambitions féminines 

 

- Vous êtes vous-même une femme

Demandez-vous si vous osez autant que vos collègues masculins ou vos équivalents hommes, managers, dirigeants, chefs d’entreprise.

·      Votre ambition est-elle de même nature ?

·      Comment vous percevez vous ?

·      Comment pensez vous que les autres vous perçoivent ?

·      Que visez vous ?

·      Quels moyens allez vous utiliser ?

·      Quand allez vous le faire ?

·      Quels sont vos appuis, vos « sponsors » ?

·      Qu’apportez vous à l’entreprise ?

·      Vous pensez-vous aussi apte au grand succès que vos collègues masculins ? 

 

- Vous avez des femmes
 parmi vos collaboratrices

Ayez conscience qu’elles seront sans doute plus discrètes que leurs équivalents masculins quant à l’expression de leurs ambitions et de leurs succès.

Questionnez-les et inspirez-les.

·      Où ont elles mis leurs priorités, qu’est ce qui a motivé leurs choix ?

·      Si elles vous semblent brillantes, plantez des petites graines pour plus tard en leur demandant « dans 2 ans, 5 ans, où t’imagines-tu ? »

·      Quels éléments (internes ou externes) seraient susceptibles de faire barrage à leurs projets ?

·      Comment pouvez vous les aider à les contourner ?

·      Comment aller plus loin encore ? En ont elles (vraiment) envie ?

 

Vous êtes un homme

Prenez conscience qu’une femme ayant accédé à des responsabilités élevées n’est pas forcément une femme qui a endossé un costume et une cravate et qui singe les comportements de ses collègues masculins.

Le leadership est avant tout cette capacité à donner envie aux gens de monter à bord avec vous et il est fortement lié à ce que la personne dégage.

L’amalgame est souvent fait entre leadership et poste à haute responsabilité et l’image du leader est souvent associée à la puissance et à la force, attributs masculins.

Messieurs, acceptez que le standard du leadership au féminin soit quelque peu éloigné de ce modèle et se déleste un peu de testostérone…

On dit que les femmes sont plus passionnées, concrètes, pragmatiques et orientées résultats. Là où l’homme va chercher à briller, à marquer des points, la femme cherchera à faire prendre les décisions dans l’intérêt collectif, par exemple.

 

Et si les femmes aux postes de décision étaient un complément naturel au pouvoir masculin ?

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0