Equipes, à quoi devez vous faire face aujourd'hui ?

  

La crise sanitaire à laquelle nous faisons face depuis plusieurs semaines nous a surpris et nous impacte tant par sa rapidité, sa brutalité et par son étendue. 

La planète entière se trouve de façon quasi instantanée en prise avec un ennemi invisible, néanmoins meurtrier, implacable, frappant au hasard.

Nous pensions tout contrôler, nous nous pensions invincibles, les maîtres du monde, à dépenser sans compter les ressources de Mère Nature.

Aujourd’hui, c’est elle qui renait, qui fleurit, s’épanouit de façon arrogante sous nos yeux.

 

Après l’effervescence, la suractivité, la surproduction, la surconsommation, nous voilà plongés dans le chaos, le vide.

Nous reprenons conscience de notre vulnérabilité, de notre finitude.

 

Certains parlent de changement de paradigme et cette courbe du changement que nous avons entamée il y a quelques semaines devra être digérée à des niveaux différents : individuels, équipe, organisation et vraisemblablement au niveau de notre humanité, selon une intensité et un rythme variables.

 

Au niveau individuel, l’anxiété est palpable : l’angoisse de tomber malade, de perdre l’un des siens sans avoir pu l’accompagner dans ses derniers instants, le spectre du chômage, l’isolement ou au contraire la nécessité de multiplier les casquettes dans des journées bien remplies.

Le décompte journalier des malades, des entrées en réanimation, des décès,  nous a donné le vertige pendant de longues semaines et les émotions se succèdent, se bousculent.

 

Aujourd’hui, alors que la courbe des malades semble se stabiliser, du moins temporairement, d’autres préoccupations font jour.

Nous sommes à la fois impatients de pouvoir revoir nos amis, notre famille, reprendre nos activités petit à petit, et inquiets à l’idée de nous projeter dans un futur nouveau, inconnu et incertain.

 

Dès l’entrée en confinement, décidé très rapidement par les gouvernements dans une logique d’arrêt de la propagation du virus, les entreprises ont pu mesurer l’efficacité de leur plan de continuité.

Très rapidement, les mesures adéquates ont été prises dans la majorité des organisations : identification des personnes clés, rotation des équipes, déploiement de la technologie adéquate. 

Le virus a mis un sérieux coup d’accélérateur à ce que les entreprises avaient mis des années à tenter de mettre en place (la digitalisation, le télétravail).

Après quelques tâtonnements, quelques maladies de jeunesse, les équipes sont rentrées en WFH (Working From Home).

Depuis quelques semaines maintenant, le télétravail est devenu la norme pour la majorité de la population pour laquelle cette option est envisageable.

La complexité s’invite dans cette équation à plusieurs inconnues : nos vies personnelles et professionnelles sont enchevêtrées et impactées plus que jamais. 

Cette phase, plus ou moins chaotique, et dont ne connaît pas la durée, sera vécue différemment par les uns et les autres. 

Passé les temps d’ajustements technologiques nécessaires, force est de constater que tous les collaborateurs ne sont pas préparés de manière égale (ou à l’aise) face à cette rupture avec les méthodes plus classiques.

 

Même si les équipes font preuve de solidarité et d’intelligence collective la plupart du temps, l’atmosphère actuelle n’est pas toujours propice à la sérénité, et dans ce contexte particulier, les managers, personnes clé, également en première ligne, se retrouvent parfois confrontés et démunis face à des questions de leurs collaborateurs auxquelles ils n’ont pas forcément la réponse.

 

A quels défis les équipes sont elles confrontées aujourd’hui ? 

Sans avoir la prétention d’être exhaustive, voici quelques éléments de réponse collectés auprès du terrain : 

 

Revoir la structuration du temps 

 

Les équipes sont désormais privées de leur cadre habituel : les horaires, les trajets même contraignants, le lieu de travail, …tout cela a disparu temporairement.

La structuration du temps, quasi imposée par le rythme de l’entreprise n’existe plus et chacun est invité à repenser son organisation personnelle et professionnelle dans le même lieu : l’appartement ou la maison.

Dans ce conteste, comment fixer les limites adéquates à toutes ces casquettes qui désormais s’enchevêtrent, tout en conservant un équilibre personnel ?

 

Gérer l’incertitude et les émotions

 

Les échanges sont devenus normés, rythmés par les réunions à distance, négligeant ces indicateurs précieux perçus au détour de la machine à café, d’une discussion informelle dans un couloir ou dans l’ascenseur.

Les informations changent d’heure en heure, et l’incapacité de se projeter dans un futur inconnu et sombre est à la source d’incertitudes et d’inquiétudes tant au niveau personnel que professionnel.

Du coup, les risques d’isolement et de repli sur soi sont grands.

Détecter les émotions générées par la situation dans un contexte de travail à distance demande beaucoup d’écoute et de présence à l’autre.

 

Conserver la motivation et l’engagement

 

Les équipes sont dispersées et il s’agit plus que jamais de (re) donner du sens au travail, réussir l’équation : générer de la valeur ajoutée tout en apprenant à faire confiance, résister à faire du micromanagement et garder la bonne distance avec ses équipes.

Plutôt que de penser « horaires », penser « projet, mission, résultats »

Déléguer, donner du feed back et de la reconnaissance, même lorsqu’on est éloigné.

 

C’est le moment de « réveiller » et d’appliquer les valeurs prônées par l’entreprise et leur redonner du sens : qu’entend on par « intelligence collective », « engagement », « respect » ?

Comment pouvons nous les adapter à la situation ?

Que gagnerions nous à redessiner et redonner leur juste place aux valeurs importantes en ces périodes particulières : respect, solidarité, bienveillance par exemple ?

 

Cultiver les rituels (et pas forcément les vérifications de connexion deux fois par jour !)

Enfin, bien travailler à distance requiert une qualité de communication accrue.

 

 Assurer la continuité du business et préparer la reprise

 

Dans cette période complexe, où tout est interdépendant et interconnecté il faut être en capacité de :

-       redéfinir les priorités rapidement, au fil des heures parfois

-       servir les clients et rester attentif par rapport au marché, être prêt lorsqu’il repartira

et en profiter pour avancer sur des projets mis en veille lorsque nous étions en mode « nez dans le guidon »

 

Face aux défis qui se sont posées à elles, les équipes ont pu pour la plupart s’organiser très rapidement, redéployer les énergies là où cela était nécessaire.

 

Au sein de vos équipes, quelles nouvelles compétences ont pu être redécouvertes, acquises, parfois en un temps record ?

Quels comportements nouveaux ont vu le jour ?

Sur quelles ressources précieuses les équipes pourront elles compter dans le futur ?

Écrire commentaire

Commentaires: 0