Crise sanitaire : et si tout cela était une chance ?

Force est de constater que la période que nous traversons nous incite, nous pousse à aller explorer des chemins que nous n’avions peut être pas envisagés jusqu’alors.

 

Suite aux dernière mesures gouvernementales, contraignantes, certes, mais ô combien protectrices vis à vis de notre santé et surtout vis à vis de nos aînés et des plus fragiles, nous n’avons d’autre choix que de rester confinés et de nous « pauser ».

 

Les fermetures d’école, de restaurants, commerces non indispensables, l’annulation d’évènements, le télétravail imposé dans la majorité des entreprises nous ont déjà obligé à apprendre à vivre autrement, à « faire avec » et à faire preuve de flexibilité.

 

Ces décisions peuvent nous sembler excessives, voire antinomiques car nous savons toutes et tous que lorsque des situations graves nous affectent de si près, de manière si forte et brutale, nous avons besoin de nous retrouver avec nos proches. 

Nous avons besoin de nous soutenir et de partager ces moments particuliers avec nos semblables, des personnes avec lesquelles nous partageons les mêmes valeurs.

Nous avons besoin de vivre en toute confiance ces émotions si fortes, peur, colère, tristesse qui se sont invitées dans nos vies pour quelques temps…

 

Aujourd’hui, un ennemi invisible nous empêche de nous retrouver ensemble.

Beaucoup vont se retrouver seuls, manger seuls, dormir seuls…

Beaucoup sont inquiets pour leur avenir, pour leur job, pour leur entreprise…

Beaucoup vivent l’angoisse de perdre un proche sans avoir eu l’opportunité de lui dire au revoir…

 

Le chaos que nous vivons actuellement est certes l’une des dernière choses dont nous aurions rêvées après un hiver gris, long et monotone. 

Néanmoins, cette crise, cette « guerre » comme l’on nommée nos politiques, nous pousse à réfléchir sur la pérennité de notre système actuel, de notre façon de vivre, de consommer, d’être au monde.

Cette « guerre » est une invitation au ralentissement, à la prise de recul, à la réflexion.

Si tout redevenait comme avant, tout cela n’aurait servi à rien.

 

Ballotés entre les nombreuses informations / désinformations, les statistiques morbides qui circulent et s’amplifient d’heure en heure, l’éloignement de nos aînés, même compris par la plupart, ces scénarios catastrophes nous affectent immanquablement, générant stress et anxiété.

 

Hormis les gestes d’hygiène et règles applicables, ce sont nos pensées qu’il va falloir surveiller de près.

 

La science démontre les liens entre nos pensées et notre santé. Les émotions négatives impactent notre niveau de stress, attaquent et détériorent notre système immunitaire. 

 

Alors que la situation actuelle semble nous échapper complètement, que les éléments que nous pouvons influencer se réduisent à peau de chagrin, la bonne nouvelle, c’est que nous avons le choix de nos pensées.

Stimuler, visualiser le positif demande une certaine gymnastique quotidienne, néanmoins bénéfique.

Et vous ?

 

De quoi êtes vous fier ?

Pour quoi et/ou pour qui éprouvez vous de la gratitude ?

Quelles sont les petites choses qui vous ont apporté du bonheur aujourd’hui ?

 

Nous avons déjà traversé des moments difficiles qui finalement ont soudé (temporairement, certes…), mis du baume au coeur de milliers de personnes.

Rappelons nous des attentats de 2015 qui ont mis à l’honneur nos forces de l’ordre qui ont su nous protéger.

Aujourd’hui, ce sont d’aut onnels de santé au sens large.res héros qui se battent pour nous, pour sauver des vies : médecins, infirmières, pers

 

 

Restons reliés