Au secours ! Je suis allergique à mon collègue ! (Partie 1)

 

Votre collègue vous donne de l’urticaire. Vous ne pouvez pas « le voir en peinture ».  Il vous hérisse les poils. Rien que d’y penser, vous êtes déjà énervé.

 

Nous croisons tous le chemin de personnes qui nous insupportent. Pour une raison ou pour une autre, nous n’accrochons pas, voire pire, nous avons envie de fuir ou de lui arracher les yeux.

 

Que se passe-t-il donc ? Pour quelles raisons ? Que pouvons-nous faire ?

 

 

Ce qu’il se passe et pour quelles raisons ?

 

Vous fonctionnez différemment.

 

Le cerveau

Chaque cerveau perçoit, analyse et décide de façon différente. Par exemple, certaines personnes sont attentives aux informations, elles aiment en avoir beaucoup. D’autres fonctionnent de façon plus globale. Si votre collègue demande beaucoup d’informations, ce n’est pas nécessairement parce qu’il cherche la petite bête, mais sans doute car il en a besoin.

Inversement, s’il ne pose aucune question, ce n’est pas nécessairement car il se désintéresse, mais parce que cela lui convient.

 

Orientation

Intellectuelle : certaines personnes pensent et réfléchissent beaucoup. Tout se passe dans leur tête. Elles sont davantage introverties et semblent parfois froides et distantes. Elles sont orientées détail et analysent beaucoup. En réunion, elles sont celles qui décortiquent et sont souvent perçues comme des empêcheuses de tourner en rond.

 

Opérationnelle : certaines personnes sont orientées « action » : elles aiment « s’y mettre » de suite. Prendre des décisions, aller de l’avant. Les longs débats les ennuient. Ce sont celles qui ont envie de faire avancer les choses. Elles semblent vouloir tout faire. Tout gérer. Contrôler. Elles ne tiennent pas en place. Elles prennent beaucoup de place et donnent l’impression de vouloir jouer au chef.

 

Relationnelle : certaines personnes attachent beaucoup d’importance à la relation. Elles vont prendre le temps de boire une tasse de café avec leur collègue et prendre des nouvelles avant de se mettre à la tâche. Vous pensez alors que ces personnes « n’en fichent pas une » ou « trouvent n’importe quel moyen de ne rien faire »… Peut-être accordent-elles tout simplement de l’importance à leurs relations. . .

 

Les croyances

Encore elles, eh oui !

Votre collègue entre dans le bureau, ne dit bonjour à personne. Vous vous dites « quel goujat celui-là, il ne dit même pas bonjour ! ». Et pourtant. Il est peut-être dans ses pensées (orientation intellectuelle). Ou bien, il n’a qu’une envie, se mettre à la tâche (orienté action). La signification que l’on donne à un comportement n’est peut-être pas celle que votre collègue lui donnerait.

 

Il est le miroir d’une partie de vous que vous ne voulez pas voir.

Le comportement qui vous dérange constitue une partie de vous que vous ne voyez pas, ou ne souhaitez pas voir. Ce qu’on appelle dans le jargon « votre part d’ombre ». Demandez-vous s’il vous arrive de vous voir reprocher le même comportement. En travaillant cet aspect de vous, vous arriverez à mieux vivre ce comportement visible chez votre collègue.

 

Il est dans l’excès d’une de ses qualités

Cette personne est sans doute reconnue pour certaines capacités précises : le souci du détail, l’organisation, l’aisance relationnelle. Sous stress, cette personne peut, pour trouver une solution à son problème ou répondre à une demande exigeante, pousser à l’extrême cette capacité, pensant qu’il s’agit de la meilleure réponse au besoin. Sauf qu’il arrive souvent que la réponse soit ailleurs. En attendant, l’organisé devient hyper contrôlant, le « souci du détail » devient pointilleux, et « l’aisance relationnelle » devient exubérant et vous met la honte devant vos clients. La bonne nouvelle dans l’histoire est que sa qualité est votre challenge : c’est un axe de progression pour vous. Et votre qualité reconnue, est son challenge à lui : c’est son axe de progression. Donc, si vous parvenez à en discuter, vous aurez tous deux la formidable opportunité de développer une compétence que vous n’avez pas, et cela grâce à l’autre !

 

Vision globale.

 

Vous voilà face à un souci avec votre collègue ? Chouette ! Il s’agit d’un axe de progression pour vous ! Au lieu de le fuir ou de le rejeter, cherchez à comprendre ce qu’il se passe.  N’oubliez pas que les grands changements commencent par soi –même. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0