Fêtes de fin d’années : Comment ralentir si vous n’avez pas congé ?

 

Comme évoqué dans notre article précédent, les fêtes de fin d’année peuvent être l’occasion de ralentir. Mais, comment faire si vous êtes « de permanence » ou n’avez tout simplement pas la possibilité de prendre congé ?

Comment ralentir au bureau ?

 

Ralentissement de l’activité

 De toutes façons, beaucoup le seront, en congé, et qu’on le veuille ou non, l’activité tournera au ralenti. Même si la tendance va, depuis quelques années, au maintien du rythme même pendant les périodes dites « creuses » de l’année (les périodes de vacances scolaires, notamment), certaines tâches sont rendues impossibles car les interlocuteurs ne sont pas là : clients, chefs, contacts etc…  Alors, pourquoi ne pas mettre ce moment à profit pour souffler ?

 

Sur le trajet

 

Il y aura moins de circulation. Profitez-en pour quitter la maison plus tard. Prendre le petit déjeuner avec les enfants. Trainer une demi-heure de plus au lit. Ou, pourquoi pas, partir à la même heure et prendre votre petit déjeuner en ville, avec un ami ou une amie, avec votre conjoint pourquoi pas ? Prenez le temps.

La circulation étant moins dense, vous pourrez profiter du calme. Ou vous pourrez pleinement profiter de votre émission radio préférée. Evitez les appels téléphoniques frénétiques. Soyez dans l’instant présent, présent (précisément) à la conduite, au moment de calme durant le trajet. 

Au bureau

Saisissez l’occasion pour faire votre travail sur un rythme plus adapté. Allez à la rencontre d’un collègue avec lequel vous inter agissez peu d’habitude, c’est une occasion d’apprendre à se connaitre.

Sortez à midi en équipe boire un verre de vin chaud (allez, ce n’est pas pour une fois !) et profitez de l’ambiance festive.

Donnez rendez-vous à un ami pour le déjeuner.

 Vous préférez rester au bureau malgré tout ? Profitez – en pour faire une vraie pause relaxante.

Prendre du recul

Profitez de la période calme pour observer factuellement ce qui change en cette période creuse. Quels sont les facteurs de stress qui ont disparu : la charge de travail qui diminue ? Un collègue qui est absent dont la présence vous met la pression d’habitude ? Une tâche particulière, peut-être, qui disparait temporairement ? Inversement, vous pouvez vous demander ce que vous redoutez à la « rentrée » : à nouveau, le retour d’un collègue ? Une tâche particulière que vous n’aimez pas accomplir ? Le dossier X ou Y ? Le client Pierre, Paul ou Jacques ? Qu’est –ce que vous redoutez spécifiquement ? Le coté opérationnel ? Votre sensation de manquer de compétence ? Votre surcharge de travail ? Un aspect d’ordre relationnel ?

Si vous identifiez ce qui vous amène plus de stress en temps « normal », vous aurez ensuite l’occasion d’observer et d’identifier si il est possible de changer cela, et éventuellement comment le changer.

Quelques astuces pratiques

La cohérence cardiaque :

 Il existe des applications téléchargeables sur votre smartphone. Il s’agit de se poser 5 minutes au calme, de regarder une bulle monter et descendre et de synchroniser sa respiration. Inspirer quand elle monte, expirer quand elle descend. Effet immédiat sur le stress.

https://i.ytimg.com/vi/EBv_FsJ0ZvA/mqdefault.jpg

 

La pause déjeuner

S’octroyer minimum une demi-heure de pause déjeuner, au calme, sans écran (je sais, c’est difficile). Soyez présent à votre repas. Soyez conscient de que vous êtes en train de manger et savourez consciemment.

Aller faire un tour à l’extérieur

Prendre l’air, c’est bon. Respirez à fond. Faites quelques pas, le tour du pâté de maison, à votre aise. Marcher aide à reprendre de l’énergie et à évacuer son stress.

Mouvements croisés

Faites des exercices de mouvements croisés. Cela reconnecte cerveau gauche et cerveau droit et redonne de l’énergie. L’exercice le plus courant étant de lever les genoux en alternance et de toucher le genou droit avec le coude gauche et le genou gauche avec le coude droit. Comme ceci :

 

https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSPn0k2xnhDxOhEut5saO2ZIjcQe3Fo6JUmAAhJ-TSv9LlzHSeYOQ

 

Boire de l’eau !

Faites une pause régulièrement et buvez de l’eau. Fatigue et maux de têtes sont en fait le symptôme d’une déshydratation.

Dans tous les cas, privilégiez les moments de calme et de détente sans autre but que de ralentir. Evitez à tout prix tout ce qui vous remet dans un mode « faire » au lieu du mode « être ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0