Ce qu'il ne faut pas déléguer...

 

Vous êtes nommé à la tête d’un département, d’une entreprise. Impossible d’être au four et au moulin, de jouer les hommes ou femmes orchestre bien longtemps, il vous faut déléguer et vous concentrer sur votre rôle de manager.

La délégation vous permet confier à un collaborateur une activité ou une mission qu'il va mener pour vous ou pour le service que vous animez.

 

C’est un acte de management et un passage incontournable vers la réussite individuelle et collective qui mesure l'envergure de celui qui délègue.

 

Il y a cependant des tâches/activités que vous ne devrez pas déléguer.

 

Petit tour d’horizon ….

 

La vision et la stratégie

La vision est l’essence du leadership. C’est vous qui définissez le cap et le chemin pour y arriver. En revanche rien ne vous empêche d’impliquer vos collaborateurs et  les faire participer à son élaboration et la faire partager plus vite.

 

La discipline

Composante essentielle au bon fonctionnement de votre organisation, vous devez inspirer la discipline et la faire régner. Vous devez fixer le cadre et définir les règles du jeu comprises et acceptées de tous pour obtenir une bonne cohésion en terme d’organisation et de management.

Vous même devrez incarner ces règles

La motivation des équipes

En tant que manager, il vous appartient de créer un environnement motivant. La motivation du personnel repose certes sur des éléments subjectifs et variables suivant les collaborateurs. Elle est l’élément clé de la réussite d’une entreprise. Votre équipe est votre ressource la plus importante.  Elle doit être au mieux de sa forme. Pour donner le meilleur d’eux mêmes, vos collaborateurs doivent se sentir compétents, épanouis, fiers de travailler avec vous dans votre service ou votre organisation. En découlent une productivité élevée, un travail de qualité, une loyauté à toute épreuve, le sens de l’urgence pour gérer le stress et une grande implication de chacun.

 

L’accueil des nouveaux collaborateurs

Le patron doit prendre un rôle de pratique pour qu’un nouveau collaborateur se sente bien accueilli. Vous devez jouer un rôle actif dans son plan d’intégration et sa formation, et vous rendre disponible pour consacrer le temps nécessaire à son accueil. Vous êtes le patron, donc le maître des lieux et celui qui reçoit, accueille et met à l’aise dans votre organisation. C’est un signe de respect et de reconnaissance donc de motivation.

 

La reconnaissance du travail et des résultats

Votre reconnaissance d’un collaborateur est essentielle. Lui montrer que vous vous intéressez à lui et à son travail, lui donne le sentiment d’exister et d’être respecté comme tel et d’être un élément important au sein de l’organisation. Reconnaitre ses réussites, le renforce dans ses compétences et ses qualités. Professionnelles.

Reconnaître et comprendre ses contre-performances montre aussi que vous vous intéressez à lui et démontre votre souhait de lui accorder une nouvelle chance et de lui donner les moyens de se rattraper.

Les bénéfices  directs d’une reconnaissance : meilleure ambiance de travail,  productivité améliorée et image positive pour votre organisation.

 

L’évaluation de la performance

Mal aimée et souvent décriée, l’évaluation annuelle est cependant  un temps d’ arrêt privilégié pour analyser le comportement et les résultats d’un collaborateur. C’est à vous de reconnaître sa contribution et de lui rappeler vos attentes pour les mois à venir, à plus forte raison si vous avez infléchi l’organisation ou la stratégie en impactant son poste. C’est aussi un moment d’engagement réciproque, vous, pour l’aider à s’améliorer, lui, pour faire les efforts dans le sens indiqué.

 

 La conduite du changement

La peur du changement est à surmonter par vos équipes à plus forte raison en période d’incertitudes, avec des budgets serrés et une forte pression. La conduite du changement implique une réflexion stratégique. Vous êtes concerné au « premier chef » et l’effort principal doit venir de vous. Votre rôle de leader est d’élaborer la vision du changement, et dans ses différentes phases, de la communiquer tout en levant les craintes.

 

 Penser à votre développement professionnel et personnel

Votre développement, au sens large du terme par la formation, le coaching, le tutorat, le mentoring… celui de vos compétences-clés représente un enjeu majeur pour  vous même, votre service et votre  entreprise.  Les RH, coachs, conseils  de dirigeants sont des ressources sur lesquelles vous pouvez vous appuyer, mais gardez votre libre arbitre sur votre propre développement.

 


 

 

 

 

 

 


 

· 

 

5.    

 

 

 

 

 

 

·      

·       

 

 

 

 

 

 

 

 


             

            

          



 

Écrire commentaire

Commentaires: 0