Peut on réellement choisir sa vie ?

 

C'est une question que j'ai posée à plusieurs personnes de tout horizon autour de moi récemment et alors que je m'attendais à ce que tous me répondent "oui évidemment !"

j'ai eu pas mal de personnes qui m'ont dit "non c'est trop risqué".

J'ai alors ajouté "si ce n'est pas toi qui choisis ta vie, qui le fait pour toi ?".

Pas de réponse... Le débat et la prise de conscience étaient ouverts !



Quand on est entrepreneur dans l'âme, soit parce qu'on l'a toujours été, soit parce qu'on l'est devenu suite à une prise de conscience de n'être qu'une marionnette dans son entreprise, il y a de fortes chances qu'on choisisse sa vie et qu'on la crée au jour le jour en fonction de nos valeurs, notre vision, notre moi profond, etc...

Mais quand on est salarié, il est parfois difficile d'influer sur le cours de sa vie, faute de pouvoir prendre ses propres décisions, imposer ses idées et prendre la place qui nous revient.

Les choses sont elles aussi noires ou blanches ?

Pas forcément...

Quand on a un projet entrepreneurial, on va évidemment tenter de créer une vie qui nous ressemble, mais est-ce que cela sera vraiment ce qu'on attendait et ce qu'on voulait ? L'entreprise ne fonctionnera peut-être pas aussi bien qu'escompté, la vie de famille sera sacrifiée à cause des horaires de fou, le manque d'argent empêchera de réaliser les projets ou le réseau inadéquat nous laissera devant pas mal de portes fermées à double tour.

Quoi qu'on en dise, la motivation, l'optimisme, la confiance peuvent dans ces situations ne pas être suffisants pour garder la foi !



De l'autre côté ce n'est pas parce qu'on est salarié, qu'on ne peut que subir. Le mal-être au travail vient souvent de là, du manque de prise de décicion, de la résignation, de l'attente de la retraite, de la peur de perdre un salaire salvateur, du chômage, de la résistance au changement.

Mais pourtant nous sommes (ou semblant)  libres, les salariés sont protégés par le code du travail, rien ne nous oblige à accepter une situation délétère qui peut conduire au burn-out voire au suicide.

Certes, s'opposer à un patron, alerter les syndicats ou la médecine du travail de mauvaises conditions peut se retourner contre soi, mais on n'a rien sans rien et subir les choses n'a jamais rendu plus heureux que se faire mettre au placard ou au chômage.



Alors peut-on réellement choisir sa vie ?

J'ai envie de dire oui même si par moment, la vie que l'on veut avoir n'est pas à portée de mains parce que ce n'est pas le moment, ce n'est pas la bonne action, il manque le petit truc qui fait qu'on est sur le bon chemin.

Très souvent parce qu'on résiste, on s'entête à rester ou aller là où notre raison nous impose de se rendre, parce que c'est plus sûr, plus sain, plus corporate... aux yeux des autres et de la société.

Pourtant il ne tient qu'à NOUS de tout faire voler en éclat, de se recentrer sur ses convicitons profondes, d'écouter sa petite voix intérieure, celle que notre raison étouffe, et de prendre le risque de vivre sa vie, celle qui est faite pour nous à un moment donné. Et qui pourra encore évoluer au fil des ans.

 

Source : le journal de la fractale

http://www.fractale-magazine.com