Réussir la conduite du changement

 

Le changement fait partie intégrante de notre vie.

Cependant, changer c’est plonger dans l’inconnu, qui nous fait souvent peur et peut conduire à une résistance plus ou moins forte.

Cette résistance s’exprime différemment suivant la personne, la situation et le type d’organisation.

 

Changer est le plus souvent assimilé à une perte dans notre inconscient.

Cependant que pourrions nous y gagner ?

Quelques  pistes à explorer pour dompter la résistance au changement.

 

Annoncez le changement au bon moment

Ni trop tôt ni trop tard, le changement doit être annoncé de telle sorte que les personnes se sentent dans une bonne synchronisation avec le projet.

Eviter les rumeurs et les non dits en communiquant le plus rapidement possible, tout en livrant des informations suffisamment fiables, telle est l’équation souvent difficile à résoudre.

L’absence d’informations est suivent à l’origine de nouvelles fantasmées qui se répandent à la vitesse de la lumière et s’auto alimentent.

Expliquez le besoin de changement

Il s’agit de démontrer pourquoi ce changement est nécessaire et quels bienfaits en découleront pour les différentes parties (entreprise, collaborateurs, clients….)

Rendre évident les motifs qui ont engendré la décision de changement, convaincre et mobiliser les acteurs concernés.

Que se passera t il si nous ne faisons rien ?

Que se passera t il si le changement aboutit et réussit ?

A ce stade il est important que les acteurs « achètent » et s’approprient les raisons du changement.

Reconnaissez le passé et laissez entrevoir les bénéfices pour  l’avenir

Il n’est pas question de balayer d’une main le travail qui a été effectué jusqu’à présent.

La contribution apportée jusqu’à présent doit être honorée et les succès passés reconnus sous peine de voir les frustrations faire surface.

Ménager le passé favorise la construction collective de l’avenir.

 

Observez, questionnez, écoutez les collaborateurs

Ecoutez les préoccupations des collaborateurs et le cas échéant intégrez leurs remarques.

Redoublez d’attention envers ceux qui n’expriment rien. Méfiez vous de la résistance passive.

Si vous garantissez un soutien et un délai confortables pour que chacun se familiarise avec la nouvelle donne, vous réussirez votre pari.

 

Changez par petits pas

Impliquer tout le monde dès le départ avec la nécessité qu’ils comprennent et approuvent ce qui se passe est mission impossible.

Procédez par une série d’étapes courtes avec des succès mesurables rapidement : vous multipliez vos probabilités de gagner.

De petits changements successifs s’avèrent plus facilement acceptables qu’un grand changement asséné d’un seul coup.

Ne rajoutez pas de la pression au stress déjà ambiant.

Mettez en place un projet pilote : il est plus facile de manœuvrer une petite barque qu’un gros paquebot !

 

Impliquez les collaborateurs

Il est largement recommandé d’impliquer les parties concernées dans la planification des différentes étapes en leur demandant suggestions et idées.

S’approprier le processus de changement qu’ils contribuent à élaborer renforce le sentiment d’appartenance.

 

Comptez sur une petite équipe de convaincus qui seront de fervents défenseurs du changement et en seront les meilleurs ambassadeurs auprès des indécis.

 

Informez et formez pour rassurer

Le changement apporte de l’incertitude, de l’inquiétude et engendre la résistance active ou passive.

Les messages contenant de l’inconnu voire des contradictions suscitent le malaise qui paralyse.

Communiquez de la façon la plus transparente possible, démystifiez les sujets, montrez du factuel, dédramatisez les situations.

Expliquez concrètement comment cela va se passer et quels moyens seront mis à disposition, notamment en matière de mise à niveau des compétences par des actions de formation et d’accompagnement.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0